L'ère du numérique

Extrait du rapport du conseil national du Numérique (octobre 2014)

Dans le rapport "Bâtir une école créative et juste dans un monde numérique", d'octobre 2014 nous avons choisi :

  • dans l'axe 4: Vivre l'école en réseau
  •                        Le défi de la gouvernance : l'établissement dans son territoire
  •                            Le continuum éducatif avec les parents

Cet extrait ciblé met en visibilité le rôle essentiel des parents dans la coéducation des enfants.....

Retrouvez la totalité du rapport   ici

   La société numérique accélère l’érosion des autorités. L’école n’a plus la même autorité sur les
familles : les parents n’adhèrent pas toujours aux méthodes de travail et ils le disent. Ils voudraient
discuter d’égal à égal avec les enseignants d’orientation et d’évaluation. Pas seulement à propos de
leur enfant, mais pour la vision de l’éducation qui s’exprime. Les parents sont tous des tuteurs de
l’effort scolaire à la maison. Surtout quand les difficultés surviennent, dans le cas de la démotivation
et de l’échec, les parents sont déçus. Un lien est à renouer.

Les nouveaux canaux de communication avec l’école créent un continuum éducatif mais risquent
aussi de constituer une source d’exclusion et de disparition ou d’amoindrissement du lien
parent/enseignant/élève.

Historiquement liés à l’Education Nationale par les fédérations de parents d’élèves présentes dans
les instances des établissements, les parents avec le numérique découvrent sous un nouveau jour
l’école de leurs enfants. Certains partagent aujourd’hui sur des communautés de type « Parents
3.0 » les expériences numériques scolaires. Cela constitue une source d’inspiration et
d’encouragement pour toutes les communautés éducatives. Le lien post-scolaire devient désormais
hybride entre lien numérique (souvent l’amorce est donnée par mail ou réseau social) et le lien du
« rendez-vous ». Ce continuum facilité par les réseaux sociaux changent la représentation des
devoirs à la maison (plus collaboratifs), les relations enseignants élèves et parents élèves,
administrations élèves et parents. Ils ouvrent de nouvelles possibilités pour l’accompagnement
individualisé et le coaching associatif d’élèves en difficulté en classe.

Mais les parents se comportent aussi en clients qui comparent les offres de cours et puisent sur
internet des ressources. Alors que l’école est démunie pour prendre en charge les « Dys »
(dysphasie, dyspraxie, dyslexie), des exercices et méthodes existent sur Internet, une différence qui
amoindrit la légitimité de l’école. Il faut s’attendre à des « écoles web de niche » pour tous les
publics que l’école ne sait pas bien accueillir. Sur ces questions les parents attendent des réponses
et cherchent à refonder un lien. Et le système scolaire devra se situer.

Les parents sont acteurs du territoire, et du territoire numérique. Le réseau social des parents
conduit vers le monde du travail, les entreprises, les associations et ouvre de nombreuses
possibilités pour des établissements soutenus et appréciés des concitoyens. Ils attendent une
participation plus étroite à la vie des établissements comme à la discussion et à la réalisation des
actions éducatives.

Plus de 400 « tweets-classes » établissent une communication quotidienne entre les enfants et leurs
parents, au fil des activités. Ces classes qui par Twitter, Pinterest, Tumblr, Google Drive arrivent à
travailler à distance avec des experts écrivent, s’éduquent au numérique, se mettent en valeur en
publiant, travaillent avec un public extérieur bienveillant. Une grande partie du corps enseignant
utilise la création numérique comme une passerelle pour l’école et une fenêtre sur le territoire.

L’école à la maison se fait par internet
Sur Facebook les familles collaborent pour faire les devoirs. Avec la Khan Academy, les parents
révisent les bases des mathématiques. Wikipedia (qui représente 30 à 40% des consultations sur
Google) est l’activité principale pour démarrer une recherche documentaire en famille. Les vidéos
sur You Tube sont utilisées à la maison pour de nombreux tutoriaux. OpenClassRoom a publié plus
de mille tutoriaux faits par de jeunes contributeurs. Digischool offre tout le programme des
révisions du bac et donne des aides à l’orientation. MyBlee fait travailler les maths. De très
nombreux systèmes de mentorat scolaire se développent.

Recommandation 21 : associer tous les parents à la littératie de l’âge numérique
· Ouvrir les établissements à des formations à l’informatique et à la littératie numérique
proposées par l’éducation populaire ou sur le Web, pour les élèves mais aussi pour les
adultes. Accompagner chaque personne de la collectivité locale dans les apprentissages
qu’elle peut être amenée à entreprendre en dehors de l’école.
· Faire des sites Web des établissements des points d’entrée dans la vie scolaire, des lieux de
dialogues avec la cité.


Recommandation 22 : établir une relation participative avec les parents
· Passer de l’espace numérique de travail (ENT) réservé au travail scolaire à un espace
numérique d’échange (ENE) plaçant les élèves au coeur d’un écosystème d’acteurs.
· Inviter parents et élèves à décrire régulièrement le travail et les découvertes faites à la
maison (exercices sur le web, publications personnelles, etc.).


Recommandation 23 : ouvrir dans les villes des espaces de travail connectés pour les
professeurs
· Les professeurs n’ont pas de bureau sur leur lieu de travail : en leur offrant un lieu urbain,
de travail personnel et de rencontre, on reconnaît leur rôle dans la cité. On favorise les
échanges et projets inter établissements. C’est un espace communautaire d’expérience, de
découverte de la pédagogie numérique, d’animation citoyenne pour parler d’éducation, de
rendez-vous avec les parents et d’organisation d’événements.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 11/10/2017